5-8 octobre 2020,  Oléron

Les techniques d’expérimentation sous pression sont souvent transverses et concernent plusieurs domaines scientifiques tels que physique, chimie, sciences de la terre, biologie, agroalimentaire. Des adaptations importantes des techniques sont nécessaires en fonction des domaines de pression et de température explorés. Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, l’utilisation de la technologie des hautes pressions ne se limite pas à la recherche fondamentale. Des adaptations à l’échelle industrielle existent, par exemple en agroalimentaire (pascalisation), pharmaceutique (production de vaccins) et pour la production de diamants synthétiques.

L’utilisation des hautes pressions en production industrielle s’inscrit dans une démarche économique alternative écologique et éthique. Dans l’industrie agroalimentaire ou pharmaceutique, les modifications physiques induites par la pression permettent de s’affranchir des adjuvants chimiques. Dans l’industrie diamantaire, la croissance cristalline de diamant sous pression remplace l’exploitation minière. La technologie des hautes pressions peut donc limiter l’impact de la production sur l’environnement et les personnes. Quels procédés hautes pressions serait-il intéressant de développer à l’échelle industrielle ? Comment répondre aux problèmes de dimensionnement et de cadence ? Comment valoriser les développements issus des laboratoires publics ?

accueil 1accueil 1

 Les principaux objectifs de cette formation sont multiples :

- faire connaitre les innovations technologiques et les applications potentielles de la technologie des hautes pressions pour les défis de demain.

- fournir des clés aux chercheurs, ingénieurs et techniciens de différentes disciplines scientifiques utilisant les hautes pressions pour anticiper et favoriser le transfert de cette technologie :

(i)  par des exemples de retour d’expérience

(ii) par une information sur la propriété intellectuelle et les différents accompagnements proposés par la direction de l’innovation du CNRS.

iii) par des ateliers et travaux dirigés sur le dimensionnement des dispositifs pour passer des expériences de laboratoire aux prototypes R&D et évaluer les possibilités d’applications en production industrielle.

iv) par la présentation de problématiques par des industriels du domaine.

accueil 2accueil 2

Cette formation s’organisera autour d’une alternance d’exposés, de cours didactiques, de travaux pratiques et de tables rondes.

D’autres part, dans un cadre plus organisationnel, les récentes actions du réseau (ateliers, projets technologiques, etc.) seront présentées à la communauté ainsi que des sessions posters et (selon une tradition déjà bien établie dans les réseaux de la plateforme de la MITI) anti-posters (exposant un problème ou un verrou) seront organisées. Des plages de discussions seront également prévues dans le programme afin de favoriser au maximum les échanges entre participants.


Plus d'information et inscriptions sur le site du forum. Les demandes de formation doivent être faites avant le 26 juin 2020.