Le Réseau des Chercheurs et ITA Professionnels de la Cristallographie Structurale (ЯECIPROCS) a organisé un atelier « Résolution de structures sur poudres et/ou monocristal : trucs et astuces avec SHELXT et SUPERFLIP » le 13 et 14 novembre 2017, à la veille du colloque RX & Matière à Lille. Olivier Pérez rapporte:

La formation a été assurée par Jan Rohlicek de l’Institut de Physique de Prague, Arie van der Lee de l’Institut Européen des Membranes de Montpellier et Thierry Roisnel de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes.

La première journée fut dédiée à la méthode de résolution structurale basée sur l’algorithme de renversement des charges ou « charge flipping ». Deux cours ont été proposés dans la matinée. Arie van der Lee a tout d’abord présenté l’envers du décor du logiciel utilisant cet algorithme souvent considéré comme une « boite noire » : Superflip. Après avoir montré le principe de fonctionnement du « charge flipping » et révélé les paramètres les plus pertinents, différentes « astuces » ont été délivrées. Ainsi la possibilité de comparer quantitativement deux modèles structuraux ou à analyser la symétrie d’une carte de densité électronique a été proposée. Jan Rohlicek a alors présenté les spécificités relatives à l’utilisation de Superflip pour l’analyse de données de diffraction sur échantillon poly cristallins. Le problème de la modélisation des pics de diffraction et de l’extraction de l’intensité des réflexions a ainsi été discuté. Dans l’après-midi, des travaux pratiques ont permis de mettre en œuvre les points abordés dans la matinée. Jan Rohlicek a également proposé deux exemples montrant comment utiliser une structure de référence pour améliorer la séparation des contributions de réflexions à un même pic de diffraction via Superflip ; notons que la structure de référence ne nécessite d’autre ressemblance avec la structure étudiée que la composition.

Lors de la deuxième matinée, Thierry Roisnel nous a guidé dans la résolution d’une structure présentant différents écueils. Pas à pas il a, grâce à l’utilisation de différents logiciels, su révéler des symétries « cachées » et la présence d’une macle. De façon très didactique il alors proposé la résolution de la structure. En deuxième partie de matinée, Arie van der Lee a alors proposé un projet collaboratif estampillé ЯÉCIPROCS : « Les structures qui résistent à tout ». Au cours de cette session des participants de la formation ont présenté et expliqué à la communauté leur problème insoluble. Les membres du réseau présents ont alors pu partager leurs expériences et proposer quelques pistes utiles à la solution de ces problèmes, voir des solutions.

RECIPROCS Lille2017 photo groupe500