Les Nations Unies ont décidé en assemblée générale, le 3 juillet 2012, de proclamer 2014 Année Internationale de la Cristallographie ! Avec "23 prix Nobel décernés dans le domaine", c’est "l’instrument le plus puissant d’étude de la structure de la matière". Cette science "est omniprésente dans la vie quotidienne, dans la production pharmaceutique moderne, la nanotechnologie et la biotechnologie et … elle est à la base de l’élaboration de tous les nouveaux matériaux, allant du dentifrice aux éléments d’avion".

L’ouverture officielle de cette année, au niveau international, aura lieu les 20 et 21 janvier 2014 au siège de l’ONU à Paris ! De nombreux évènements seront organisés partout en France par différents partenaires tout au long de l’année !

2014… L’occasion d’un voyage passionnant au cœur de la matière…

 

Pourquoi une année internationale de la cristallographie ... en vidéo

 

La cristallographie, une science indispensable !

Comment expliquer les propriétés de la matière et imaginer de nouveaux matériaux ? De quoi sont composées les étoiles ou les planètes ? Que sait-on des processus du vivant ? Pourrons-nous un jour lutter de façon efficace contre les virus, les catastrophes naturelles ou la pollution ?

La plupart de ces questions ne peuvent être résolues que par une connaissance approfondie de la structure intime de la matière. En effet, les propriétés macroscopiques des matériaux qui nous entourent – minéraux, métaux, polymères ou encore matière biologique – sont directement liées à la composition atomique mais aussi à l’arrangement des atomes entre eux. Cette compréhension des relations entre structure atomique et fonction est la raison d’être de la cristallographie moderne.

 

 

 

La cristallographie, une science pluridisciplinaire

La cristallographie est une science qui a joué et qui jouera un rôle clé pour répondre aux plus grands défis de l’humanité : la santé, l’énergie, les matériaux, l’environnement…

Après les études menées par des scientifiques du 18ème siècle (Romé de Lisle et Haüy en France) qui ont relié la forme extérieure des cristaux à une cause interne : l’empilement régulier de « molécules intégrantes », Max von Laue en Allemagne, en 1912, puis les Bragg, père et fils, au Royaume Uni, en 1913, ont apporté la preuve de cette hypothèse. Ils ont montré comment déterminer, par diffraction des rayons X, la structure atomique des cristaux, ouvrant ainsi la voie à la cristallographie moderne. Ils ont reçu pour leurs travaux le prix Nobel de physique, en 1914 et en 1915.


La diffraction des rayons X passe alors du statut de phénomène physique à celui d’un des moyens les plus puissants d’étude de la matière. Une histoire jalonnée de progrès conceptuels, méthodologiques et instrumentaux constants, qui ont permis la découverte de la structure de l’ADN, la « molécule de la vie », en 1953, par Rosalind Franklin.

L'image de diffraction de l'ADN<br> obtenue par Rosalind Franklin<br>&nbsp;

Plus près de nous, en 2009, Ramakrishnan, Streitz et Yonath ont reçu le prix Nobel de biologie pour leur étude de la structure du ribosome ; en 2011, le prix Nobel de chimie a été attribué à D. Shechtman pour la synthèse des premiers quasi-cristaux, de fascinantes mosaïques à l’échelle des atomes.

Cliché de diffraction électronique et image microscopie électronique quasi cristaux

 

Tout dernièrement, le prix Nobel de chimie 2012 a été décerné à Brian Kobilka et Robert Lefkowitz, qui ont montré que la structure d’une protéine se modifie lorsqu’elle transmet une information vers l’intérieur de la cellule.

 

L’anniversaire des prix Nobel de Laue, de Bragg et surtout les avancées de la cristallographie, les progrès des connaissances et de la technologie, les apports sociétaux qui lui sont associés : autant de raisons de vous proposer, en 2014, un voyage passionnant au cœur de la matière.

 

Informations intéressantes pour les anglophones :

Early Days of X-ray Crystallography