L'Année Internationale de la Cristallographie en France

2014, Année Internationale de la Cristallographie en France ( AICr2014 ), a permis de fédérer sept sociétés savantes ( l’AFC, la SFMC, la SFN, la SFμ, la SFP, la SCF et l’UdPPC ) qui, avec les principales tutelles scientifiques comme le CNRS et le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, ont construit des évènements nationaux, mis à disposition des outils de communication et relayé de très nombreuses initiatives en Région. Du collégien au chercheur averti en passant par l’homme de la rue, nous avons interpellé, provoqué l’étonnement, expliqué… et parfois sans doute convaincu que la cristallographie, science transversale par essence, est au coeur de notre monde moderne. Un bilan plus complet a été publié dans Reflets de la Physique 44-45 (2015), 12-14.
Le site dédié à toutes les activités dans le cadre de l'AICr2014 a été en ligne de septembre 2013 jusqu'en janvier 2015 et a été repris presque dans son intégralité sur le site de l'Association Française de Cristallographie, en accord avec les partenaires.

La cause des séismes profonds enfin démontrée ?
Laboratoire de géologie de l'Ecole normale supérieure, Paris.
Des chercheurs du Laboratoire de géologie de l'Ecole normale supérieure de Paris, de l'Institut des Sciences de la Terre de Grenoble et de l'Unité Matériaux et Transformations de Lille, en collaboration avec des collègues américains (Universités de Californie et de Chicago) ont reproduit expérimentalement le mécanisme physique supposé être à l'origine des séismes profonds. Ces expériences ont consisté à déformer une roche synthétique constituée d'un agrégat compact de cristaux d'olivine de germanium (Mg2GeO4), un analogue structural de l'olivine naturelle, à des pressions de 2 à 5 gigapascals (20 à 50 mille bars) et des températures avoisinant les 900°-1000°C à l’aide d’une presse gros volume en utilisant le rayonnement synchrotron. Les chercheurs ont observé que la transformation de l'olivine de germanium vers sa forme de plus haute pression peut s'accompagner de la nucléation et de la propagation de fractures. Celles-ci se propagent suffisamment vite pour émettre d'intenses ondes ultrasoniques. Ces résultats apportent la preuve expérimentale de l'hypothèse admise jusqu'ici qui imputait leur origine aux transformations de phases du principal minéral constituant le manteau terrestre, l'olivine.

Contact
 : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
La suite ici : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3233.htm