L'Année Internationale de la Cristallographie en France

2014, Année Internationale de la Cristallographie en France ( AICr2014 ), a permis de fédérer sept sociétés savantes ( l’AFC, la SFMC, la SFN, la SFμ, la SFP, la SCF et l’UdPPC ) qui, avec les principales tutelles scientifiques comme le CNRS et le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, ont construit des évènements nationaux, mis à disposition des outils de communication et relayé de très nombreuses initiatives en Région. Du collégien au chercheur averti en passant par l’homme de la rue, nous avons interpellé, provoqué l’étonnement, expliqué… et parfois sans doute convaincu que la cristallographie, science transversale par essence, est au coeur de notre monde moderne. Un bilan plus complet a été publié dans Reflets de la Physique 44-45 (2015), 12-14.
Le site dédié à toutes les activités dans le cadre de l'AICr2014 a été en ligne de septembre 2013 jusqu'en janvier 2015 et a été repris presque dans son intégralité sur le site de l'Association Française de Cristallographie, en accord avec les partenaires.

Processus de biominéralisation intracellulaire de la magnétite


Institut de Minéralogie et de Physique des Milieux Condensés, Paris


La magnétite (Fe3O4) est produite par de nombreuses espèces (bactéries, pigeons,…) qui utilisent ses propriétés magnétiques pour se diriger à l’aide du champ magnétique terrestre. À ce titre, les bactéries magnétotactiques (BMT) représentent un micro-organisme modèle pour étudier la bio-minéralisation intracellulaire de la magnétite dans la mesure où certaines souches ont été séquencées et que des manipulations génétiques sont désormais possibles. Malgré ces avancées récentes, les processus réactionnels selon lesquels la magnétite est formée à l’intérieur des BMT sont encore l’objet de vifs débats. Pour déterminer les mécanismes de biominéralisation par la souche AMB-1, des membres de l’Institut de Minéralogie et de Physique de la Matière Condensée (G. Morin, J. Cosmidis et N. Menguy) en étroite collaboration avec une équipe de l’Institut Max Planck des Colloïdes et Interfaces de Potsdam (Allemagne) ont étudié les séquences de cristallisation. 

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
La suite ici : http://www.impmc.upmc.fr/fr/zoom_science2/zoom_2013/zoom_science_octobre_2013_processus_de_biomineralisation_in.html