L'Année Internationale de la Cristallographie en France

2014, Année Internationale de la Cristallographie en France ( AICr2014 ), a permis de fédérer sept sociétés savantes ( l’AFC, la SFMC, la SFN, la SFμ, la SFP, la SCF et l’UdPPC ) qui, avec les principales tutelles scientifiques comme le CNRS et le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, ont construit des évènements nationaux, mis à disposition des outils de communication et relayé de très nombreuses initiatives en Région. Du collégien au chercheur averti en passant par l’homme de la rue, nous avons interpellé, provoqué l’étonnement, expliqué… et parfois sans doute convaincu que la cristallographie, science transversale par essence, est au coeur de notre monde moderne. Un bilan plus complet a été publié dans Reflets de la Physique 44-45 (2015), 12-14.
Le site dédié à toutes les activités dans le cadre de l'AICr2014 a été en ligne de septembre 2013 jusqu'en janvier 2015 et a été repris presque dans son intégralité sur le site de l'Association Française de Cristallographie, en accord avec les partenaires.

Découverts en 1895 par Röntgen, les rayons X sont immédiatement exploités en médecine car ils rendent visible, pour la première fois, l’intérieur du corps. Mais leur nature, onde (comme la lumière) ou particule (comme les électrons), reste mystérieuse. Dans l’environnement de von Laue, à Munich, en 1912, la question est débattue. Il pense alors que les rayons X, si ce sont des ondes, doivent être diffractés par les cristaux.

La méthode de Laue est mise en œuvre pour la première fois en 1912 par Walther Friedrich et Paul Knipping. Une nouvelle page de l'histoire de la cristallographie s'ouvre alors...