Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Bienvenue sur le site de l'AFC

Theo Hahn, professeur Emérite de Cristallographie à l’Université d’Aix-la-Chapelle (Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule - RWTH), spécialiste renommé de la symétrie cristalline et de la théorie des macles, ancien Président de l’Union Internationale de Cristallographie de 1984 à 1987, s’est éteint le 12 Février 2016, à l’âge de 88 ans.

Né le 3 Janvier 1928 à Duisburg, Allemagne, Theo Hahn a fait ses études supérieures à l’Université de Francfort sur le Main, soutenant sa thèse de doctorat en 1952 sur le thème : « Les fluobéryllates, modèles de la structure des silicates ». Il a ensuite séjourné dans le laboratoire de Martin Buerger, à M. I. T., aux Etats-Unis, comme Post-Doc. Il y a appris l’art de la détermination des structures cristallines par diffraction des rayons X. De retour en Allemagne en 1957, il est nommé Maître-Assistant à l’Université de Francfort où il élabore des programmes pour la détermination des structures cristallines. En 1963, après son Habilitation soutenue en 1960, il est nommé Professeur de cristallographie à la Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule (RWTH) d’Aix-la-Chapelle et il y fonde l’Institut de Cristallographie, dont il restera le directeur pendant 30 ans, jusqu’à sa retraite en 1993. Il y développe la détermination des structures par diffraction des rayons X par des poudres et des monocristaux, ainsi que par diffraction des neutrons à l’aide du spectromètre à trois axes UNIDAS construit sous sa direction au Centre de Recherches de Jülich.

Ses recherches personnelles ont porté sur la cristallochimie des phases oxydées, en particulier, des silicates, germanates et sulfates ainsi que sur les édifices compacts de tétraèdres, pris comme modèles de la structure des silicates. Comme ces édifices comportent souvent des polymorphes, cela l’a conduit à étudier le polymorphisme, puis les changements de phase structurelles, et, enfin, les macles cristallines dont il est devenu l’un des meilleurs spécialistes. Il a rédigé, avec Helmut Klapper, le Chapitre « Twinning of Crystals » du Volume D des Tables Internationales de Cristallographie.

L’œuvre majeure de Theo Hahn a été l’édition du Volume A des Tables Internationales de Cristallographie, « Space-group Symmetry ». Au cours des années 1960, il a été décidé de remplacer les anciennes Tables, datant de 1935 et modernisées en 1952, par de toutes nouvelles Tables. Theo Hahn a participé activement à ce projet dès le départ et est devenu en 1972 Président de la Commission des Tables Internationales de l’Union Internationale de Cristallographie, et Editeur du Volume A. Cela fut un énorme challenge et cela a demandé un travail considérable. Il a fallu 10 ans pour que la première édition sorte, après d’innombrables difficultés liées en particulier à la nécessité de coordonner les contributions disparates d’une vingtaine d’auteurs différents. Il a fallu aussi élaborer un nouveau graphisme pour les groupes de symétrie. Theo Hahn a surmonté toutes ces difficultés grâce à sa profonde connaissance de la symétrie cristalline et de la théorie des groupes, et aussi grâce à sa puissance de travail et à sa remarquable ténacité. Il est personnellement l’auteur du Chapitre 10, « Point Groups and Crystal Classes ». Avec la même stimulation et la même opiniâtreté, Theo Hahn a mené à bien les améliorations et extensions qui ont fait l’objet des quatre éditions suivantes. En 2008, il a passé le flambeau à Mois Aroyo.

Theo Hahn est resté très actif jusqu’à la fin de sa vie, publiant articles et participant aux Congrès et Séminaires de Cristallographie. Le dernier mois, il était encore en train de rédiger, avec Helmut Klapper, un travail sur les phases haute température du ferroélectrique KLiSO4. C’était un grand scientifique, à l’esprit acéré, travailleur assidu et passionné, mais non dénué d’humour, aimé de tous.

André Authier (Professor émerite de l'Université P. et M. Curie)